Geskiedenis Podcasts

Claude Perrin Victor, hertog de Bellune (1764-1841)

Claude Perrin Victor, hertog de Bellune (1764-1841)

Claude Perrin Victor, hertog de Bellune (1764-1841)

Marshal Claude Perrin Victor, duc de Bellune (1764-1841) was 'n bekwame bevelvoerder van die slagveld wat nooit deel was van Napoleon se binnekring nie, en het sy reputasie aangetas deur te stem vir die veroordeling van marskalk Nay in 1815.

Vroee loopbaan
Italië
Oorlog van die Vierde Koalisie
Spanje
1808
1809
1810-1812
Rusland
Duitsland
Frankryk

Vroee loopbaan

Victor is gebore in La Marche, Lorraine, op 7 Desember 1764. Hy is oorspronklik Claude-Victor Perrin genoem, hoewel hy later sy name omgekeer het en nou altyd as Victor bekend staan.

Victor was die seun van 'n hofman. Hy het op 16 Oktober 1781 by die koninklike leër aangesluit en as klarinettis by die 4de artillerieregiment aangesluit. Hy dien tien jaar lank en word op 1 Maart 1791 ontslaan. Hy trou op 16 Mei 1791 met Jeanne Marie Josephine Muguet en die egpaar het vier kinders.

Victor keer gou terug na die weermag en sluit op 12 Oktober 1791 as grenadier by die Nasionale Garde aan. Op 21 Februarie 1792 word hy adjudant in die 3de Bataljon van Drôme Volunteers, en op 4 Augustus 1792 verhuis hy na die 5de Bouches-du-Rhône-bataljon as adjudant -majoor met die rang van kaptein. Hy word op 15 September 1792 tot luitenant -kolonel bevorder.

In 1792-93 dien Victor by die Franse leër van Italië. Hy het geveg by die beleg van Toulon (Augustus-Desember 1793) en is twee keer bevorder vir dapperheid deur die politieke kommissarisse Antonio Salicetti en Thomas Gasparin. Op 1 Desember 1793 word hy bevorder tot chef de brigade (kolonel), en aangestel adjudant algemeen. Op 17 Desember het hy gehelp om die vesting 'Klein Gibraltar' te vang, en op 20 Desember is hy bevorder tot generaal van die brigade. Hy is tydens hierdie gevegte gewond, net soos die jong Napoleon, maar ten spyte van hierdie vroeë ontmoeting lyk dit asof Victor nooit deel van Napoleon se binnekring geword het nie.

Nadat hy van sy wonde herstel het, het Victor by die leër van die Oostelike Pireneë aangesluit. Hy het geveg by die slag van Le Boulou (30 April-1 Mei 1794), 'n Franse oorwinning wat gehelp het om die Spanjaarde terug te trek oor die grens. Op 13 Junie 1795 het sy promosie tot generaal van die brigade is bevestig.

Italië

In 1795 keer hy terug na die weermag van Italië. Hy het tydens die slag van Loano (22-25 November 1795) geveg. Hy kry toe bevel van die voorwag deur generaal Schérer.

In die lente van 1796 het Napoleon aangekom om die bevel oor die leër van Italië te neem. Victor het hom onderskei tydens Napoleon se eerste veldtog in Italië. By die slag van Dego (14-15 April 1796) het hy op die middag van die tweede dag van die geveg aangekom en gehelp om die Oostenrykers te dwing om die posisies wat hulle so beslis vir twee dae lank verdedig het, te laat vaar. In die nasleep van hierdie geveg het die Oostenrykers teruggetrek in die rigting van Alessandria, wat die Piemonte alleen gelaat het om Napoleon die hoof te bied.

Aan die begin van 1797 was Victor die bevelvoerder van Napoleon se klein reservaat, gepos te Castelnuovo en Villafranca, deel van die magte wat die beleg van Mantua dek. Toe die Oostenrykers hul laaste poging aangewend het om die beleg op te hef, is Victor se troepe beveel om na die slagveld by Rivoli te marsjeer (14-15 Januarie 1797), maar die geveg is gewen voordat hulle kon aankom. Napoleon neem toe die troepe van Massena en Victor terug om 'n ander Oostenrykse kolom te hanteer wat naby Mantua gekom het.

Hy neem vroeg in 1797 deel aan die kort ekspedisie van Napoleon na die pouslike state, en veg saam met Napoleon tydens die optrede van Faenza (4 Februarie 1797). In die optrede van Saint-George (15 Februarie 1797) lei hy 'n aanval deur die 57ste lyn wat dit die bynaam 'The Terrible' kry en wen Victor 'n veldbevordering algemene afdeling, op 11 Maart bevestig.

Op 12 Januarie 1798 word hy aangestel by die Army of England, wat met 'n inval in gedagte geskep is. Dit het hom moontlik in die binnekring van Napoleon ingeskuif, maar terwyl die toekomstige keiser sy onsuksesvolle inval in Egipte uitgevoer het, het Victor op 18 Maart 1798 bevel oor die 12de militêre distrik (Nantes) gekry en daarna teruggestuur na die Italiaanse leër ( 3 Mei 1798). Hy was dus in Italië vir die reeks nederlae wat 'n Oostenryk-Russiese weermag die meeste van die prestasies van Napoleon se eerste veldtog ongedaan gemaak het.

Hy was vroeg in die oorlog van die Tweede Koalisie deel van generaal Schérer se leër. Einde Maart was die Oostenrykers in Verona en het hulle gewag op Russiese versterkings. Schérer het besluit om Verona weer oor te neem deur oor die Adige aan te val. Die Oostenrykse bevelvoerder Kray was bereid om die Franse aan te val toe hulle die rivier oorsteek, maar probleme met die kruising dwing Schérer om sy plan te verander. In plaas daarvan het hy besluit om Verona uit die weste en die suidooste aan te val, met 'n reservaat in die middel. Victor se troepe is aan die Franse regterkant geplaas. Kray reageer op hierdie aanval deur sy mag in drie kolomme te verdeel, een vir elke Franse mag. Victor en Grenier was die eerstes wat met die Oostenrykers bots en verslaan die Oostenrykse linkses by Pozzo. Elders het die stryd sleg gegaan vir die Franse, en Kray kon sy linkerkant versterk. Grenier se troepe is op hul linkerflank getref, en die Franse regterkant het gebreek en gevlug. Scherer moes noodgedwonge begin terugtrek na die Adda (slag van Magnano (5 April 1799).

Victor was bevelvoerder oor 'n afdeling tydens die slag van Cassano (26-28 April 1799), waar hy nie kon keer dat die Oostenrykers en Russe 'n brughoof oor die Adda by Trezzo vestig nie.

Teen hierdie tyd is Schérer vervang deur generaal Moreau, maar hy kon nie veel beter doen nie. Die Oostenryk-Russiese leër, nou onder Suvorov, het 'n opmars na Piemonte begin. Victor het hulle daarin geslaag om een ​​nederlaag te verslaan en Rosenberg op Bassignana op 12 Mei 1799 te verslaan toe die Oostenrykers probeer het om die Po oos van Valenza oor te steek, maar geallieerde versterkings het spoedig aangebreek. In die nag van 15-16 Mei het Victor die Bormida oorgesteek en ooswaarts na die Maregno-gebied gevorder. Hy het 'n veel groter geallieerde leër raakgeloop, en sy ondersoek is gestaak (Slag van San Giuliano, 16 Mei 1799). Die Franse is gou terug na Genua gedwing.

'N Tweede Franse leër, onder generaal Macdonald, vorder uit die suide van Italië. Victor is uit Genua gestuur om by Macdonald aan te sluit, en het daarin geslaag om met hom te herenig. Die gesamentlike leër het toe 'n swaar nederlaag gely tydens die slag van die Trebbia (18-19 Junie 1799), waar Victor gewond is. Hy was in staat om sy bevel te behou en kon die Geallieerdes tydens die geveg van San-Giorgio (20 Junie 1799) terughou tydens die Franse terugtog na die kus. Macdonald blameer Victor vir die nederlaag, en Victor sorg vir die res van hul loopbane 'n wrok teen hom.

Victor veg toe onder generaal Championnet tydens die Franse pogings om Cuneo, hul laaste groot besitting in Italië, te red. Championnet het besluit om 'n algemene voorskot te voer na 'n lyn noord van die Appennines. Victor het die taak gekry om Mondovi vas te lê, maar hoewel hy die buitewyke van die stad bereik het (geveg van Mondovi, 28 September 1799), ondersteun die res van sy afdeling hom nie. Die Oostenrykers het die stad versterk, en vroeg in Oktober het hulle Victor en Lemoine vir vier myl teruggestoot. Die Franse het van die verlore terrein teruggekry, maar die algehele veldtog het misluk. Begin November het Championnet besluit om sy leër te konsentreer en 'n groter aanval te doen wat Cuneo sou red. Victor het tydens hierdie opmars die bevel gekry oor een van drie kolomme. In die slag van Genola (4 November 1799) het hy goed geveg, maar mislukkings elders het beteken dat sy flanke blootgestel was aan aanval en hy gedwing was om terug te trek. In die nasleep van hierdie geveg is die Franse gedwing om terug te trek uit Cuneo, wat toe aan die Oostenrykers geval het.

In 1800 het hy 'n skending van generaal Masséna gehad, wat in Januarie aan Napoleon gesê het dat Victor sy staatsgreep teen Brumaire teengestaan ​​het en sy troepe aangesê het om te vertrek. Masséna het Victor suksesvol uit die weermag van Italië laat verwyder, maar dit is duidelik dat Napoleon nie eintlik sy verhale geglo het nie, aangesien Victor op 1 April bevel gekry het oor 'n afdeling in die Army of the Reserve, die mag wat Napoleon beoog het om te lei na Italië.

Victor het 'n groot rol gespeel in die Marengo -veldtog. Saam met generaal Lannes wen hy die slag van Montebello (9 Junie 1800), verslaan Feldmarschalleutnant Ott en dwing hom om terug te trek na Alessandria. In die nadraai van hierdie terugslag het die Oostenrykers daarin geslaag om Napoleon te mislei om te glo dat hulle noord sou probeer om die Po oor te steek en na Milaan te trek, terwyl hulle eintlik van plan was om na die ooste te breek. Napoleon het sy magte versprei en Victor na Marengo gestuur, waar hy die middag van 13 Junie O'Reilly se Oostenrykse brigade verdryf het. By die slag van Marengo (14 Junie 1800) was Victor se troepe dus in die voorste linie toe die Oostenrykers aanval. Victor se troepe het daarin geslaag om die aanvanklike Oostenrykse aanval te stuit en is versterk deur Kellermann se kavallerie en dan Lannes se infanterie. Net na die middag, na 'n paar uur se bakleiery, is Victor in die vleuels aangeval, en na nog 'n paar uur gedwing om terug te trek suidoos, terwyl Lannes parallel beweeg. Victor se verset het die Oostenrykse opmars lank genoeg vertraag sodat Desaix kon arriveer en die dag kon red.

In 1801 skei Victor van sy eerste vrou. Op 25 Julie 1801 word hy luitenant van die opperbevelhebber van die Army of Batavia (Holland), en op 9 Augustus 1802 kry hy bevel oor 'n beplande ekspedisie na Louisiana. In Junie 1803 trou hy met Julie Vosch van Avesaat, die dogter van 'n Nederlandse agteradmiraal. Op 14 Junie 1804 word hy aangestel as grootoffisier van die Legioen van Eer en president van die Maine-et-Loire Electoral College, maar hy was nie een van die eerste groep Napoleontiese marshalle nie. Op 19 Februarie 1805 word Victor as gevolmagtigde na die Deense hof gestuur.

Oorlog van die Vierde Koalisie

In 1806 hervat Victor sy aktiewe militêre loopbaan en dien as stafhoof van maarskalk Lannes. Tydens die Oorlog van die Vierde Koalisie het hy geveg by Saalfeld (10 Oktober 1806) en Jena (14 Oktober 1806), waar hy 'n wond opgedoen het. Daarna neem hy deel aan die agtervolging van die verslane Pruise en onderteken die kapitulasie van Spandau (25 Oktober 1806).

Gedurende die winterveldtog van 1806-7 veg hy by Pultusk (26 Desember 1806), en op 5 Januarie 1807 kry hy bevel oor X Corps, gebaseer in Pole. Hy was op pad om hierdie bevel op te neem toe hy gevange geneem word (20 Januarie), maar hy is op 8 Maart uitgeruil en kon dus sy loopbaan hervat. Hy kry bevel oor die beleg van Graudetz, en vervang Bernadotte as tydelike bevelvoerder van die I Corps. Hy het hierdie korps gelei tydens die slag van Friedland (14 Junie 1807). In hierdie geveg het Ney die taak gekry om in die Russiese linkerkant in te ry en die brûe by Friedland te gryp, in die hoop dat dit die Russe teen die rivier Alle sou vasvang. Ney se korps het vroeg vordering gemaak, maar is toe getref deur 'n Russiese teenaanval en was in 'n mate moeilik totdat Victor I Corps opgedaag het en die situasie herstel het. Generaal Senarmont, Victor se hoof van artillerie, het toe sy beroemde groot battery geskep, waarna hy binne 60 treë van die Russiese lyne gevorder het.

Victor is beloon deur op 13 Julie 1807 'n Marshal te word, die eerste nuwe maarskalk sedert die oorspronklike skepping in 1804.

Nadat die Vrede van Tilset beëindig is, is die Oorlog van die Vierde Koalisie tot goewerneur van Berlyn gemaak, waar hy vyftien maande lank gebly het. Hy is in 1808 in die nuwe keiserlike aristokrasie hertog de Bellune geskep, na bewering as 'n woordspeling op sy vroeëre nom de guerre van 'Beau Soleil', of pragtige son. Volgens die verhaal het Napoleon se suster Pauline vir Bellune gekies omdat dit soos die Franse vir 'pragtige maan' geklink het.

Spanje

1808

In 1808 het Victor aan die enigste veldtog van Napoleon in Spanje deelgeneem, waar hy die I -korps was. Nadat die Franse maklik in groot dele van Spanje beset was, het hulle te selfversekerd geraak en moes hulle terugtrek na die Ebro, wat naby die noordkus van Spanje opgestaan ​​het en suidoos na die Middellandse See geloop het. Die Spaanse bevelvoerders het 'n te ambisieuse plan opgestel vir 'n dubbele omhulsel van die Franse. Generaal Blake het die taak gekry om aan te val op die Spaanse linkerkant, naby die kus van Biskaje. Die oorblywende Spaanse leërs sou in die suidooste opereer, wat 'n gaping in die middel van die Spaanse lyn laat.

Napoleon het vinnig besef wat aan die gang was, en het 'n plan bedink wat hy gehoop het dat al die Spaanse leërs op die Ebro sou vernietig. Terwyl ander troepe die Spanjaarde vasgemaak het, sou Napoleon sy hoofmagte deur die gaping in die middel lei. Hulle sou dan na links en regs waai en die Spaanse leërs vasgevang en vernietig.

Victor is regs aan die Franse kant geplaas, waar hy voor Blake te staan ​​gekom het. Blake het bevele om langs die kus te vorder, maar op 29 Oktober is sy voorbewaarder deur marskalk Lefebvre in Zornoza (31 Oktober 1808) verslaan. Blake het suidwes teruggetrek na Espinosa de los Monteros, waar hy besluit het om te staan ​​en veg. Tydens die terugtog het generaal Vilatte se afdeling van Victor se korps 'n paar van die terugtrekkende Spaanse troepe by Valmeseda (5 November 1808) ingehaal, maar 'n nederlaag gely. Gevolglik is Victor deur Napoleon tereggewys.

Blake het nie besef in watter gevaar hy hom tans bevind nie - Lefebvre vorder nou om sy regterkant, Soult vorder van Burgos nadat hy aan die deurbraak in die middel deelgeneem het, en Victor in sy voorkant.

Victor val die Spaanse posisie in Espinosa de los Monteros (10-11 November 1808) aan. Die Spaanse het elke Franse aanval op 10 November afgeweer, deels omdat die Franse aanvalle nie goed gekoördineer was nie. Op 11 November het Victor beter gevaar, en Blake moes vinnig terugtrek. Aanvanklik het die Spanjaarde weswaarts getrek, maar hul ontsnappingsroete is deur Soult geblokkeer. Blake het toe 'n deel van sy leër noordwaarts oor die Cantabriese berge gelei en daarin geslaag om te ontsnap met 'n handjievol van sy manne, nadat hy soveel as 20.000 van sy 23.000 soldate verloor het.

Victor het die gevegte van Espinosa de los Monteros (10-11 November 1808) en Somosierra (30 November 1808) gewen en het deelgeneem aan die verowering van Madrid (2 Desember 1808). Daarna veg hy by Ucles (13 Januarie 1809) en help om 'n Spaanse poging om Madrid terug te neem, af te weer, uitgevoer deur een van die leërs wat op die Ebro verslaan is. 'N Belangrike kenmerk van die Skiereilandoorlog sou die Spaanse vermoë wees om 'n hele reeks nuwe leërs op te rig om diegene wat nederlae gely het, te vervang of te verfris, en dit was 'n vroeë teken van die bedreiging wat die Franse sou inhou.

1809

Toe Napoleon Spanje in Januarie 1809 verlaat, het hy 'n plan vir die verowering van die res van Spanje agtergelaat. Victor het die taak gekry om Estremadura binne te val. Hy sou Badajoz en Merida vang en Portugal dan vanuit die ooste binneval. In Lissabon sou hy aansluit by die mag van marskalk Soult, wat Portugal uit die noorde sou binnedring. Victor het sy eie 1ste korps, een afdeling van die 4de korps en drie kavallerie -brigades gekry vir hierdie operasionele fase. Na die verowering van Portugal sou hy 'n ander afdeling van Soult neem, terugkeer uit Portugal en Andalusië vanuit die weste binnedring, waarskynlik vroeg in Februarie!

Victor se inval in Estremadura is tot Maart 1809 vertraag, deels deur die Spaanse aanval wat by Ucles verslaan is. Toe Victor die Portugese grens nader, vind hy sy roete geblokkeer deur die Spaanse leër van Estremadura onder generaal Cuesta. Victor het die Spanjaarde gedwing om terug te trek uit die Taag met 'n oorwinning op Meza de Ibor (17 Maart 1809). Nadat hy teruggetrek het na Badajoz, het Cuesta op 29 Maart die Franse aangeval (Slag van Medellin). Victor was in die minderheid en veg met sy rug na 'n rivier. Victor se voorste linie is teruggedwing deur die Spaanse opmars, maar op 'n belangrike oomblik het 'n deel van die Spaanse kavalerie gevlug en 'n leemte in die lyn gelaat. Victor se drake is in die gaping gestuur en die Spaanse infanterie van agter en agter getref en die gat in die lyn uitgebrei. Die hele leër was vinnig aan die vlug en het 10 000 man verloor.

Soos so gereeld gebeur het, kon die Franse nie voordeel trek uit hierdie oorwinning op die slagveld nie. Badajoz het geweier om oor te gee en Victor moes terugtrek na die Guadiana -vallei om voorrade te vind. Hy het daar gebly tot middel Junie, voordat hy gedwing was om terug te keer na die Taag, net soos Wellesley sy eerste inval in Spanje begin het. Gedurende hierdie tydperk het 'n deel van sy korps 'n Portugese mag by Alcantara aangeval en verslaan (14 Mei 1809), 'n ondersoekende aanval om seker te maak dat die Portugese nie die voorhoede van 'n inval was nie.

Toe Victor terugtrek, het die Spanjaarde onder generaal Cuesta gevolg, en die twee magte het mekaar spoedig oorkant die rivier gekonfronteer. Wellesley het besluit om sy leër na Spanje te bring en met Cuesta saam te werk om Victor te verslaan voordat hy versterk kon word. Gelukkig vir Victor het Cuesta geweier om in te stem by enige van Wellesley se planne, en 'n kans om sy korps alleen te vang, is gemis. Victor het per ongeluk sy saak gehelp op 26 Junie toe hy besluit het om van Almaraz na Talavera terug te trek om meer voorraad te kry - in hierdie stadium was hy nie bewus daarvan dat Wellesley in die omgewing was nie. Begin Julie het Victor uiteindelik geleer van Wellesley se opmars. Terselfdertyd het Cuesta na die noordelike oewer van die Taag oorgesteek. Hierdie nuus het koning Joseph oortuig om sy reserwes na Toledo te verskuif. Uiteindelik het Cuesta ingestem tot 'n plan, en die bondgenote het op 18 Julie gevorder. Op 22 Julie het hulle Talavera bereik, waar hulle Victor se geïsoleerde korps gevind het. Die volgende dag was Victor meer as twee teenoor die een, maar Cuesta het geweier om aan te val en die gevaar het verbygegaan. Die aand van 23-24 Julie het Victor teruggetrek na Madrid. Die middag van 24 Julie vertrek Cuesta agterna, sonder Wellesley. Die volgende dag haal Cuesta Victor in, net om te ontdek dat hy versterk is deur koning Joseph en generaal Sebastiani. Cuesta het teruggetrek na Talavera, hierdie keer met die Franse agtervolg.

Wellesley het geweier om van Talavera te verhuis, en was dus op sy plek toe Cuesta moes terugtrek nadat hy 'n nederlaag in die hande van Victor gely het. Die gesamentlike Franse magte het toe teruggetrek na Talavera, waar hulle Wellesley en Cuesta aangeval het. Victor, Sebastiani en koning Joseph het hul troepe saamgevoeg tydens die slag van Talavera (27-28 Julie 1809).

Victor was verantwoordelik vir 'n nagaanval vroeg in die geveg wat naby aan sukses was, maar die volgende dag het Wellesley 'n aansienlike oorwinning behaal. Wellesley is toe gedwing om terug te trek toe ander Franse leërs sy posisie begin bedreig het, sodat Victor Talavera kon herower. Hier het hy 'n goeie reputasie gekry deur seker te maak dat die gewonde Britse soldate wat agtergelaat moes word, dieselfde sorg as die Franse ontvang het. In die volgende paar dae het die Franse 'n kans gemis om Wellesley en Cuesta op die Taag te verslaan, en die Geallieerdes kon terugtrek na Portugal.

In die herfs neem hy deel aan die nederlaag van die Spaanse Junta se herfsveldtog. Vroeg in die veldtog het sy teenwoordigheid in Toledo die gevaarlike opmars van generaal Areizaga gestuit, alhoewel hy die sleutelstryd van Ocana (19 November 1809) misgeloop het, aangesien hy op 'n wye uitwaartse beweging gestuur is.

1810-1812

Vroeg in 1810 neem Victor deel aan Soult se inval in Andalusië. Hy verower Sevilla op 1 Februarie 1809, maar slaag nie daarin om Cadiz te verower nie, en kom twee dae te laat om die stad sonder 'n geveg te neem.In plaas daarvan is hy gedwing tot 'n beleg van dertig maande wat uiteindelik misluk het (beleg van Cadiz, 5 Februarie 1810-25 Augustus 1812). Victor was aanvanklik redelik aktief, het 'n belangrike fort vasgelê waarvandaan Cadiz ondoeltreffend gebombardeer kon word, en probeer om 'n vloot geweerbote te bou, maar die Geallieerdes het beheer oor die seë gehad, en daarom kon die stad na willekeur versterk en weer voorsien word.

In die lente van 1811 het die Geallieerdes 'n amfibiese landing agter die Franse lyne uitgevoer in 'n poging om die druk te lig terwyl Soult afwesig was in Estremadura. Die Britse mag, onder generaal Graham, het by Tarifa aangesluit met 'n Spaanse mag onder generaal Lapeña en na Cadiz beweeg. Victor het drie afdelings uit die beleidslyne gelei om hierdie nuwe bedreiging die hoof te bied, maar is deur die Geallieerdes verslaan tydens die slag van Barrosa (5 Maart 1811). Die Britte en Spaanse kon nie hul voordeel trek nie.

Later in die jaar is Victor gestuur om Tarifa te probeer vang (20 Desember 1811-5 Januarie 1812), maar hierdie beleg het misluk. Die beleg van Cadiz het tot in Augustus 1812 geduur, nadat Victor Spanje verlaat het.

Rusland

Op 3 April 1812 word Victor uit Spanje teruggeroep en bevel gegee oor IX Corps in die Grande Armée. Dit was een van die ondersteuningsmagte vir die inval in Rusland. Aanvanklik was sy taak om die gebied tussen die Elbe en Oder te hou. In Augustus het hy ooswaarts na Rusland verhuis, en daarna het hy by die Grande Armée aangesluit op die terugtog uit Moskou. Sy korps is gebruik om die noordelike flank van die terugtrekkende leër te skerm.

Gedurende hierdie tydperk het hy op 14 November met Wittgenstein se troepe naby Polotsk bots, die derde betrokkenheid in die gebied tydens die inval.

Terwyl die Russe probeer het om die Franse op die Berezina vas te trek, het sy korps geveg by Studienka (27-28 November 1812), noordoos van die rivieroorgang. Daarna het hy by die weermag aangesluit by die Berezina (25-29 November 1812), waar dit die agterhoede gevorm het en hy moes 'n reeks teenaanvalle loods om die Russe weg te hou van die belangrikste brûe. In die nag van 27-28 het een van sy afdelings, onder generaal Partonneaux, die verkeerde pad van Borisov geneem en moes hy oorgee. Dit het Victor blootgestel aan aanvalle, en Napoleon moes op 28 November troepe oor die brug stuur om die Franse posisie te behou. Victor se laaste troepe het die nag van 28-29 November oor die brûe teruggetrek. Die laaste Franse agterhoede het teen dagbreek op 29 November oorgesteek en die brûe is daarna verwoes en 'n massa agterstanders op die verkeerde oewer vasgekeer.

Duitsland

In 1813 was hy bevelvoerder oor die II Korps tydens die twee veldtogte in Duitsland, en veg by Lützen (2 Mei 1813), Dresden (26-27 Augustus 1813), Wachau (16 Oktober 1813) en Leipzig (16-19 Oktober 1813).

Aan die begin van die jaar was hy nog in Duitsland, en in Maart is hy beveel om die lyn van die Elbe te hou. Dit het gou duidelik geword dat hierdie plan glad nie realisties was nie, en toe Pruise die oorlog teen Frankryk betree het, moes hy verder na die weste terugtrek.

By Dresden (26-27 Augustus 1813) vorm sy infanterie die Franse regterkant, weswaarts, met Dresden self agter hom en Murat se kavallerie aan sy regterkant. Hy het die kavallerie -aanval ondersteun wat Bianchi se Oostenrykse Korps gebreek het, en gehelp om die Geallieerdes te oortuig om terug te trek ondanks sukses in die sentrum.

In die tydperk voor die slag van Leipzig het sy korps onder bevel van Murat gekom en is hy in die gebied suid van Leipzig geplaas.

In Leipzig (16-19 Oktober 1813) is hy tussen Wachau en Liebertwolkwitz in die suide van Leipzig geplaas tydens die opbou van die geveg. Op die eerste dag van die geveg is hy aangeval deur prins Eugene van Württemberg en uit Wachau gedwing. Victor herower die dorp en hou dit dan teen 'n tweede geallieerde aanval. Die middag het hy saam met die Guard en Lauriston saamgewerk vir die groot aanval van Napoleon op die Geallieerde linkses. Napoleon het gehoop dat hierdie aanval die stryd sou beëindig, maar in plaas daarvan kon die Geallieerdes versterkings oplewer, en die dag eindig met die Franse terug in hul beginposisies.

Op 18 Oktober is Victor onder die algemene bevel van Murat aan die Franse regterkant geplaas, en kon hy die geallieerde aanvalle op sy posisie afweer, maar die Franse het groot verliese gely en was in die minderheid en amper beleër. Op 19 Oktober het Napoleon Leipzig verlaat en weswaarts teruggetrek na Frankryk.

Sy korps was teenwoordig by die slag van Hanau (30-31 Oktober 1813) tydens die terugtog uit Leipzig, maar was nie sterk betrokke by die gevegte nie.

Frankryk

In 1814 neem hy deel aan die veldtog om Frankryk te verdedig. Aan die begin van 1814 het sy troepe die gebied suid van Straatsburg bewaak tot by die Switserse grens. Hy was dus die eerste Franse bevelvoerder wat Schwarzenberg se leër van Boheme in die gesig gestaar het, en het Straatsburg en daarna Nancy sonder 'n geveg laat vaar. Die Oostenrykers was spoedig teen 17 Januarie op die Langres -plato, en alle pogings om naby die grens te veg, moes laat vaar word. Hy het geveg tydens die optrede van St. Dizier (26-27 Januarie 1814), die slag van Brienne (29 Januarie 1814) en La Rothière (1 Februarie 1814). By La Rothière het hy die middelpunt van die Franse lyn gehou, en hy het te kampe gehad met Osten-Sacken se infanterie en Olusiev se kavallerie. Hy kon die dorp weerhou teen herhaalde Russiese aanvalle, en die Franse lyn het gehou, maar aan die einde van die dag het Napoleon geweet dat hy moes terugtrek om 'n ernstige nederlaag te vermy.

Victor moes die lyn van die Seine verdedig, terwyl Napoleon marsjeer om generaal Dmitry Osten-Sacken te Champaubert (10 Februarie 1814) te verslaan. Victor het onder druk gekom van Schwarzenberg se Oostenrykse magte, en Napoleon kon nie help nie omdat hy deur Blücher bedreig is. Macdonald en Kellermann is gestuur om Victor rondom Montereau te help, terwyl Napoleon self Blücher op Vauchamps verslaan het (14 Februarie 1814).

Victor baklei weer by Valjouan (17 Februarie 1814). Terwyl hy na Montereau marsjeer as deel van 'n algemene aanval op die Oostenrykers onder Shcwarzenberg, is Victor se skoonseun dodelik gewond. Dit het moontlik daartoe bygedra dat Victor besluit het om sy troepe te laat rus, 'n stap waarmee die Geallieerdes betyds by Montereau kon aankom om vestings noord van die stad te bou. 'N Woedende Napoleon het Victor uit sy bevel verwyder en hom vervang met generaal Maurice, comte Gérard, wat dan die gevestigde Oostenrykers moes aanval (Slag van Montereau, 18 Februarie 1814).

Victor weier om die weermag te verlaat en dring daarop aan dat hy as grenadier sal dien. Dit het Napoleon voorspelbaar van plan verander, en Victor het bevel gekry oor twee brigades in die keiserlike garde (gegewe die misleidende titel van 2de Young Guard Corps. Hy lei sy nuwe troepe by Craonne (7 Maart 1814), waar hy in die bobeen gewond is 'n kanonskoot.

Victor aanvaar die Bourbon-herstel, en word op 2 Junie 1814 'n Chevalier van Saint-Louis en bevel kry oor die 2de Militêre Afdeling op 6 Desember,

Hy het getrou gebly aan die Bourbons gedurende 1815. Tydens Napoleon se optog na Parys het Victor sy troepe na Châlons gelei om die keiser se roete te blokkeer, maar het ontdek dat sy troepe nie sy standpunte deel nie, en was gedwing om na Louis XVIII se hof te vlug in ballingskap te Gent.

Na die tweede Bourbon -restourasie word Victor lid van die kamer van eweknieë (17 Augustus 1815), generaal -majoor van die Royal Guard (6 September 1815) en uiteindelik president van die kommissie wat die ondersteuners van Napoleon ondersoek en verhoor het. Gedurende hierdie tydperk het hy sy reputasie groot skade berokken, veral deur te stem vir die teregstelling van maarskalk Ney.

Victor se loopbaan het byna 'n dekade ná die tweede herstel voortgeduur. Op 10 Januarie 1816 word hy goewerneur van die 16de Militêre Afdeling. Op 14 Desember 1812 word hy aangestel as Minister van Oorlog. In 1823 wou hy bevel kry oor die Franse leër wat ingegryp het in 'n Spaanse burgeroorlog, maar nie gekies is nie, en van voor af teruggeroep is. In 1824 word hy die pos van ambassadeur in Oostenryk aangebied, maar hy het dit van die hand gewys en afgetree. Hy is lid van die Superior War Council by die kroning van Karel X. In 1830 het hy 'n eed afgelê om die nuwe regering te ondersteun, maar het nie verder deelgeneem aan openbare aangeleenthede nie.

Napoleontiese tuisblad | Boeke oor die Napoleontiese oorloë | Onderwerpindeks: Napoleontiese oorloë


Lewe [wysig | wysig bron]

Hy is gebore te Lamarche in die Vosges, seun van Charles Perrin en vrou Marie Anne Floriot, kleinseun van vader van Charles Perrin en vrou Gabrielle Guerin, gebore in 1696, en agterkleinseun van Pierre Perrin en vrou Anne Louvière. In 1781 betree hy die leër as 'n privaat soldaat, en na tien jaar diens kry hy ontslag en vestig hom in Valence. Kort daarna het hy by die plaaslike vrywilligers aangesluit en hom onderskei in die oorlog op die Alpengrens, in minder as 'n jaar het hy onder bevel van 'n bataljon opgestaan. In Drôme, Valence, trou hy op 16 Mei 1791 met Jeanne Josephine Muguet, by wie hy 'n probleem gehad het wat teen 1917 in die manlike lyn uitgesterf het.


Napoleon se pragtige maan

Claude Victor Perrin is gebore op 7 Desember 1764 in Lamarche, in die departement Vosges in die noordooste van Frankryk. Hy was die seun van 'n koninklike balju, Charles Perrin, en sy vrou Marie Anne Floriot. Op die ouderdom van 17 het Victor as drummer aangesluit by die artillerieregiment van Grenoble. Hy het die bynaam "beau soleil" (pragtige son) gekry vir sy vrolike geaardheid. (2)

In 1791, na 10 jaar diens, het Victor aansoek gedoen om ontslag. In Mei daardie jaar trou hy met Jeanne Josephine Muguet. Hulle het vier kinders gehad: Victorine (gebore in 1792), Charles (1795), Napoléon Victor François (1796) en Napoléon Victor Eugène (1799). Die pasgetroudes vestig hulle in Valence, waar Victor 'n kruidenier word. Die burgerlike lewe pas hom nie. Sewe maande nadat hy die weermag verlaat het, het Victor by 'n bataljon vrywilligers aangesluit. Hy word gou bataljonhoof.

In 1793 neem Victor saam met Napoleon Bonaparte deel aan die beleg van Toulon. Vir sy dapperheid by die geleentheid is Victor tot brigadier -generaal bevorder. Tydens die Italiaanse veldtog van 1796-97 het hy hom so onderskei dat hy generaal van verdeeldheid geword het. Generaal Victor het 'n belangrike rol gespeel in die triomf van Napoleon tydens die Slag van Marengo in Junie 1800. Aangesien Victor egter geen geheim gehou het van sy afkeuring van Napoleon se staatsgreep in 1799 nie, het die eerste konsul besluit dat dit die beste was om die generaal buite besig te hou van Frankryk.

Claude Victor Perrin het die opperbevelhebber van die Army of Holland geword. In 1802 was hy kortliks die goewerneur van Louisiana, voordat Napoleon die gebied aan die Verenigde State verkoop het. Daardie jaar skei Victor van Jeanne. In Junie 1803 trou hy met Julie Vosch van Avessat. Hulle het een dogter, Stephanie-Josephine, gebore in 1805. Victor was toe Frankryk se ambassadeur by die Deense hof.

Generaal Victor keer in 1806 terug na militêre diens, danksy marskalk Lannes, wat hom as stafhoof wou hê. Victor se optrede tydens die gevegte van Jena en Pultusk het hom in Napoleon se guns teruggekeer. In bevel van die Eerste Korps van die Grande Armée in die Slag van Friedland in 1807, het Victor se optrede hom 'n marskalkstok en 'n aanstelling as die militêre goewerneur van Berlyn besorg. In 1808 word hy hertog van Belluno geskep. Dit word gesê dat Napoleon die idee van 'n grap was.

'Dit sal aangenaam wees', het die keiser gesê, vir wie sulke grappe glad nie algemeen was nie, 'om Beau-Soleil die hertog van Bellune [pragtige maan] te noem.' (3)

Van 1808 tot 1811 sien marskalk Victor deurlopende diens in die Skiereilandoorlog. In 1812 beveel hy 'n korps tydens die inval in Rusland. Hy beskerm die terugtrekkende Grande Armée toe dit die Berezina -rivier oorsteek. In 1813 veg hy in die gevegte van Dresden en Leipzig. In 1814 word die verdediging van die Vosgese aan hom toevertrou.


Sommaire

Origines et début de carrière Modifier

Victor est issu d'une famille bourgeoise native du plateau de Langres. Il est le fils de Charles Perrin, huurder d'une charge de fermier des domaines du roi (fils de Charles Perrin, huissier royal au bailliage de Lamarche, et de Gabrielle Guérin) et de Marie-Anne Floriot, fille d'un fermier des domaines du roi. Le 16 octobre 1781, il entre, à dix-sept ans, comme tambour dans le 4 e régiment d'artillerie de Grenoble. Rachetant son congé absolu le 1 er mars 1791, moyennant la somme fixée par les ordonnances, il quitte l'armée, se fixe à Valence où il se marie et devient Employé à la Municipité de Valence où travaille son beau-père.

Sous la Révolution -wysiger

Il fait partie de la Garde nationale de cette ville comme grenadier et le 21 février 1792, il est nommé adjudant du 3 e bataillon de volontaires de la Drôme. Dit is 'n vierde verdieping, en ek kan ook die graad adjudant-major capitaine dans le 5 e bataillon de volontaires des Bouches-du-Rhône aanbied. La déclaration de la patrie en gevaar le conduit aux frontières. Il s'élève en peu de temps au grade de chef de bataillon au même corps le 15 septembre. Il rejoint l'armée d'Italie pour les campagnes de 1792 et 1793. Victor fait ses premières armes sous les ordres du général d'Anselme, dans le comté de Nice et au combat de Coaraze, culbutant avec son seul bataillon un corps de 3 000 Piémontais.

Après ces deux campagnes, Victor est envoyé au siège de Toulon. À son arrivée, on lui donne le commandement d'un bataillon de chasseurs à la tête duquel il rend d'importants services au sein de la division Lapoype. Il rencontre Napoléon Bonaparte. Le 2 octobre, il est nommé provisoirement au grade d'adjudant-général. Le 1 er décembre il se distingue lors de la Prize du fort du Mont Faron. Sa conduite dans cette journée est appréciée par les représentants du peuple Salicetti et Gasparin, qui le nomment adjudant-general chef de brigade sur le champ de bataille. Il est immédiatement chargé du commandement des troupes formant l'aile droite de l'armée de siège. Quelques jours plus tard, le 17 decembre, il est grièvement blessé au ventre en s'emparant de la redoute britannique l'Éguillette, dite le «Petit Gibraltar». Il est promu général de brigade à titre provisoire le 20 décembre 1793, avec Bonaparte, Brûlé, sur demande des représentants Salicetti, Barras, Fréron et Ricord.

À peine guéri de ses blessures, il est employé à l'armée des Pyrénées orientales, où il fait les campagnes de l'an II et III. Sous les ordres de Pérignon, il s'illustre à la Bataille de la Sierra Negra: chargé d'une fausse attaque sur Espolla, par le col de Banyuls, le 27 brumaire an III, il la dirige avec une grande habileté et concourt à la prys des herranchements de cette place et de ceux de Saint-Clément. Il assiste aux sièges et aux diverses attaques du fort Saint-Elme et de Collioure. Dit is 'n en suite -kamer met 'n toesig oor die vakatures vir die herontdekking van plekke, die batterye en die la garde des frontières d'Espolla et de Roses. Il commande une brigade au siège de cette dernière ville, en se trouve à sa capitulation le 2 janvier 1795.

Passage à l'armée d'Italie Modifier

Les 22, 23 en 24 novembre 1795, il contribue à la défaite des Autrichiens et des Piémontais à Loano et sur le Tanaro, le 14 avril 1796, à celle du général Provera, au château de Cosseria, en 15 avril, à la déroute du général Vukasović à Dego.

Le 6 août 1796, au combat de Peschiera, le général Victor, à la tête de la 18 e demi-brigade, culbute les Austro-Piémontais, leur enlève 12 pièces de canon. Le 4 september 1796, au combat de Ponte San Marco, avec la même demi-brigade, il perce la la ligne ennemie par le grand chemin la résistance est longue et opiniâtre pendant ce temps, le général Vaubois attaque le camp de Mori après deux heures d 'un combat acharné, le général Victor peut entrer, au pas de charge, dans la grande rue de Roveredo, et les Autrichiens évacuent la place, en laissant une grande quantité de morts et de prisoniers.

Le 11 septembre, il est envoyé avec sa brigade, pour compléter sur la rive droite de l'Adige l'investissement de Porto-Legnago, que le général Augereau cerne déjà sur la rive gauche et qui capitule le 13 septembre. 15 l'affaire qui eut lieu le 15 septembre, le général Victor culbute les troupes qui couvrent Saint-Georges et entre dans ce faubourg pêle-mêle avec elles. Un bataillon de la 18 ey est chargé par deux escadrons de cavalerie autrichienne non seulement les soldats français soutiennent avec beaucoup de résolution cette charge impétueuse, mais ils poussent à leur tour les cavaliers avec tant de vigueur que tous ceux qui ne sont pas tués ou mettent bas les armes et se rendent gevangenisse. À l'affaire de Cerea, l'armée française est vigoureusement pressée par le général Wurmser Victor, avec un bataillon de grenadiers, rétablit le combat, dégage l'armée, repousse les Autrichiens, fait un grand nombre de prisoniers et reprend les canons qui ont été enlevés aux Français. Le 15 février 1797, il partage la gloire de l'armée et le succès qu'elle obtient à la bataille de Saint-Georges, où il est blessé, et il contribue puissamment, à la tête des 18 e et 57 e demi-brigades , au gain de celle de la Favorite, où il fait mettre bas les armes à la division Provera, forte de 7 000 hommes.

Général de division Modifier

Le général en chef Napoléon Bonaparte, qui apprécie son audace, le nomme provisoirement général de division sur le champ de bataille, et en rend compte au Directoire qui confirm cette nomination par son arrêté du 18 janvier 1797.Le général Victor marche ensuite sur Bologne avec un corps de troupes suivi d'une réserve de grenadiers sous les ordres du général Lannes. Il s'empare d'Imola et se porte ensuite sur le Senio où sont retranchés 3 à 4 000 hommes des troupes du pape. Les Pontificaux sont culbutés et mis en déroute au premier choc et perdent 4 à 500 hommes, huit drapeaux, 14 pièces de canon and plusieurs caissons de munitions. Dit is 'n réfugient dans Faënza, wat meer as die eerste keer kan dien. Die algemene Victor gaan voort sonder struikelblokke in Marche sur Ancône. Il parait devant la place et s'en empare sans coup férir, le 9 février 1797, y prenant 120 bouches à feu et plus de 4 000 fusils. Lors de l'insurrection des États de Venise, weer saam met die Kilmaine qui est à Vérone. Il se porte ensuite sur Vicence, and 28 avril, ses troupes campant devant Trévise et Padoue. Lorsque l'armée se trouve réunie dans les provinsies de terre ferme, Victor rétrograde sur l'Adige et prend position le long de la rivière.

In Frankryk kan ons terugkeer na Italie Modifier

Pendant que ces événements se passent à l'extérieur, le coup d'État du 18 fructidor en V (4 septembre 1797) permet au Directoire de mettre à l'écart les royalistes du club de Clichy. Des adresses de félicitations arrivent de toutes parts au gouvernement. Après le traité de Campo-Formio, 17 Oktober 1796, le generaal Victor rentre in Frankryk. Il est employé à l'armée d'Angleterre le 12 janvier 1797, passe au commandement de la 2 e division militaire (Nantes) le 17 mars, en remplacement du général Grouchy, et retourne à l'armée d'Italie le 3 mai 1797 .

Il est renvoyé en Italie, où il prend part à la reconquête du Piémont, se trouve avec sa division aux batailles de Sainte-Lucie le 26 mars 1799, de Villafranca le 5 avril, jour de la bataille de Magnano), d'Alexandrie le 12 Mei. Il est blessé à la bataille de la Trebbia, les 17 et 19 juin 1799. Le lendemain, 20 juin, la division Victor défend, avec une grande énergie, le poste de Sainte-Marguerite qui est attaqué par les Autrichiens, et il les contraint à se pensioenaris après avec des pertes considérables. Le 4 novembre suivant, à Fossano, kan u die pensioen van die kampioen oor die algemeen en die sjef Championnet vervang, en dit is 'n plek om Joubert mort à Novi te vervang. Il évacue également Valdigi, où il se maintenait avec succès, que sur l'invitation réitérée qui lui est faite par le même général.

Sous le Consulat -wysiger

Il s'illustre lors de la deuxième campagne de Bonaparte en Italie. Appelé le 17 mars 1800, au commandement d'une division de l'armée de réserve, il contribue aux succès remportés sur le Tessin et sur le Pô hangant les mois de mai et juin. Le 9 juin, il détermine le succès de la bataille de Montebello. Le 14 juin, à Marengo, place en première ligne, il soutient pendant quatre heures les efforts de l'armée autrichienne, and contribue à la prize du village de Marengo. Ons kan 'n sabel d'honneur vir 6 Julie gebruik.

Le 25 juillet 1800, il est nommé luitenant général en chef de l'armée de Batavie, et exerce ces fonctions jusqu'au 9 août 1802. Il est nommé pour préparer une expédition en Louisiane, avec titre de capitaine général, mais ne part pas du fait de la perte de Saint-Domingue, des menaces de reprise des hostilités des Britanniques et de l'immobilisation de son escadre, prize dans les glaces à Berg-op-Zoom (Pays-Bas). Ek bewaar die titel jusqu'au 6 Julie 1803, lorsqu'il est rappelé au commandement en chef de l'armée de Batavie.

Au service de l'Empire Modifier

Compris comme légionnaire de droit dans la 5 e cohorte, il est mis en disponibilité le 23 avril 1804. Il est créé grand officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804, puis est nommé président du collège électoral du departement de Maine-et -Loire. Envoyé comme ministre plénipotentiaire auprès du roi de Danemark le 19 février 1805, il reçoit la décoration de grand cordon de la Légion d'honneur le 6 mars de la même année.

Dit is 'n waarborg om die groepe en de vaisseaux in meer Baltique te besoek. En 1806, lors de la rupture avec la Prusse, il quitte Copenhague vers la fin de septembre pour rejoindre la Grande Armée. Il est nommé chef de l'état-major général du 5 e corps commandé par le maréchal Lannes. Le 10 octobre, il participe à la bataille de Saalfeld, op 14 octobre, à la bataille d'Iéna. Il est blessé par un biscaïen. Le 25 octobre, Victor reçoit, comme fondé de pouvoirs du maréchal Lannes, la capitulation de la forteresse de Spandau lors de la poursuite de l'armée prussienne. Le 26 décembre, il est à Pultusk. Puis, le 4 janvier 1807, il reçoit le commandement de la division polonaise de Dombrowski, ainsi que le commandement du X e corps, nouvellement formé. Dit kan met aussitôt en marche pour aller faire le siège de Colberg et de Dantzig gesels word. Le 20 janvier 1807 alors qu'il se rend en voiture à Stettin, en compagnie de son aide-de-camp et d'un domestique, il est enlevé par un parti de 25 chasseurs prussiens commandés par Schill qui bat le pays. Échangé presque aussitôt contre Blücher le 8 mars 1807, par les soins de l'Empereur Napoléon, il est chargé le 23 mai du siège de Graudenz.

Le 6 juin, Victor remplace Bernadotte, blessé dans une escarmouche, à la tête du I er corps d'armée. 8 jours plus tard le 14 juin 1807, il est à Friedland, où il dirige victorieusement la charge contre le center russe. Il est fait maréchal d'Empire le 13 juillet 1807. Gouverneur de la Prusse et de Berlin le 9 août 1807 après la paix de Tilsitt, il devient duc de Bellune en septembre 1808, avant de partir pour l'Espagne. Pour le remercier de sa gestion honnête, les Berlinois lui offrent 2 miljoene of qu'il weier, n'acceptant que 4 chevaux poméraniens pour ses attelages. Ce fait, gravé dans le marbre à Lamarche, permet de sauver 5 otages de Lamarche en 1870.

Campagne d'Espagne -wysiger

Appelé au mois d'août suivant au commandement en chef du 1 er corps destiné à opérer en Espagne, il se dirige aussitôt sur Bayonne. Il entre par brigades sur le territoire espagnol les 22, 23, 25, 27 en 29 du même mois. Son armée se trouve entièrement réunie à Vittoria et ses environs dans les cinq premiers jours de novembre. Il est vainqueur de Joaquin Blake à Espinosa les 10 et 11 novembre 1808. Cependant, il manœuvre mal à Somosierra, le 30 novembre, et il faut la charge des chevau-légers polonais de la Garde pour débloquer la situation. Le 2 décembre de la même année, le duc de Bellune concourt à la prize de Madrid et il se dirige sur Tolède. Lorsque Napoléon repart, il reste avec Joseph Bonaparte. Il est vainqueur à Uclès le 13 janvier 1809. Napoléon décide de l'entrée des troupes françaises in Portugal. Le 1 er corps est envoyé sur les frontières de l'Estrémadure. Le 15 mars, il passe le Tage à Talavera de la Reina et à El Puente del Arzobispo. Le 16, il marche sur l'armée du général Cuesta et la rencontre, le 17, retranchée sur la Ybor. Le 18, la division Leval suit les Espagnols sur Valdecañas de Tajo et les force encore. Dit is 'n wonderlike plek in Medellín, 29 Maart, en ons het 'n algemene Cuesta qui était parvenu à rallier son armée. Les Espagnols laissent près de 10 000 hommes sur le champ de bataille et perdent neuf drapeaux, 19 canons and 7 000 prisoniers. Il remporte également la bataille d'Alcabon le 26 juillet.

Malgré ses succès décisifs, le maréchal Victor ne peut prendre part à l'invasion du Portugal. L'arrivée de nombreuses troppe anglo-portugaises wat 'n onmisbare sur la ligne de la Guadiana au Tage lewer. Il est repoussé à Talavera, 27 en 28 Julie. L'Empereur, reconnaissant des services rendus par le duc de Bellune, déjà richement doté par lui, ne l'oublie pas dans la distribution qu'il fait à ses généraux, en juillet 1809, des domaines du Hanovre, en lui fait don des terres de Harpstedt et d'Heiligenrode, d'un revu de 23 045 francs 87 centimes de rentes. Après la victoire d'Ocaña, remportée par les Français le 18 novembre, le maréchal pénètre en Andalousie et traverse sans hindernisse la Sierra depuis Almaden. Après avoir envoyé quelques reconnaissances sur Santa Eufemia et Belalcazar, il marche sans artillerie et sans bagages sur Andigar, of rejoint les autres corps. Poursuivant son mouvement en avant, il entre le 23 dans Cordoue où il s'arrête quelques jours. De là, il se porte sur Séville, arrive en vue de ses murailles vers la fin de janvier 1810, y entre le 1 er février and prend aussitôt la route de l'île de León dont il atteint les environs et forme le blocus le 5 du même mois.

Ek begin met 'n ensuite le siège de Cadix, en hangende trente mois il fait échouer toutes les tentatives de l'ennemi mais ne peut, faute de moyens, occuper la ville. In 1811, un contingent de troupes anglo-espagnoles, fort d'environ 20 000 hommes et 24 pièces de canon, s'avance sur Chiclana. Avisé de ce mouvement, le maréchal Victor se porte vers l'ennemi avec environment 6 000 hommes. Le 5 mars, les Anglo-Espagnols is présentent sur la route de Chiclana. Dissimulant son infériorité numérique, Victor culbute l'avant-garde ennemie et l'accule à la mer. Die stryd teen acharné s'engage sur le coteau de la Cabeza del Puerco, outrement dit de la Barrosa. L'ennemi per 1 500 hommes et est obligé de rentrer à Santi-Pietri, laissant entre les mains des Français trois drapeaux et quatre canons. Le duc de Bellune ne voit pas la fin du siège de Cadix, puisqu'il est appelé à faire partie de la Grande Armée le 3 avril 1812, pour prendre le commandement du 9 e corps de réserve, chargé de garder la voie Smolensk-Vilna .

Les dernières campagnes de l'Empire Modifier

Au mois d'août suivant, le 9 e corps fort de 30 000 hommes, et destiné à former la réserve, part de Tilsitt pour se rendre à Vilnius, lors de la campagne de Russie. Victor est à sa tête, à l'arrière garde. Lors de la retraite de Moscou, il enlève, le 14 novembre, la position de Smoliani et s'y maintient malgré les efforts d'un corps de 45 000 Russes. Le 25, à la bataille de la Bérézina, il reçoit l'ordre de suivre le mouvement du duc de Reggio sur le pont de Studianka, de couvrir la retraite en formant l'arrière-garde et de contenir l'armée russe de la Dwina qui le suit. Il s'illustre en assurant le passage de la Bérézina, en gardant l'accès Est aux deux ponts et le sauvetage de ce qui reste de la Grande Armée, en retenant avec quelques milliers d'hommes les armées russes, à un contre cinq.

Repassant le Niémen avec les rescapés de son corps, le duc de Bellune est nommé commandant en chef du 2 e corps de l'armée d'Allemagne le 12 mars 1813. Lors de la campagne d'Allemagne, il est chargé de défendre la ligne de l'Elbe. Le 27 août, il est à Dresde, mettant en déroute l'aile gauche des Alliés et permettant à Murat de faire de nombreux prisonniers autrichiens. À Wachau, le 16 octobre, il commande au center et au sud du front français, poste qu'il occupe également, le 18 octobre, à Probstheida, durant la bataille de Leipzig. Le 30 octobre, enfin, il est à Hanau, où l'armée française se défait de son ancien allié, le Bavarois de Wrede.

En Frankryk wysiger

Après cette campagne, il prend le commandement du 2 e corps destiné à protéger les frontières de l'Est contre l'invasion étrangère. Le territoire français est de nouveau envahi. D'abord chargé de défendre le Haut-Rhin à Strasbourg, Victor doit se replier par Saint-Dié, Baccarat, Lunéville, Nancy et Toul le 17 janvier 1814, sur Saint-Dizier le 25. Trop faible pour s'opposer efficacement aux masses qui se présentent, il se replie successivement sur la Moselle, sur la Meuse, sur l'Ornain et sur la Marne. Il est de toutes les batailles de la campagne de France, et participe au succès de la journée de Brienne, le 29 janvier 1814. Il prend le commandement du center de l'armée, le 1 er février suivant, à la bataille de La Rothière , où 36 000 Français luttent désespérément contre 106 000 hommes de l'armée de Silésie. Le 17 février, à Mormant, il met en déroute le corps du comte Piotr Petrovitch Pahlen, en bat le général bavarois Lamotte près de Valjouan. Il fait dans cette journée 3 000 prisonniers et enlève 16 pièces d'artillerie.

Il se voit cependant reprocher par l'Empereur son arrivée tardive à Montereau le 18 février 1814, and est remplacé par le général Gérard [1], [2]. Pardonné par l'Empereur, il est mis à la tête de deux divisions de la Jeune Garde le même jour. Le 7 mars, à la bataille de Craonne, dit is 'n atteint d'un coup de feu qui le met hors de combat pendant trois mois, sur des béquilles.

Première Restauration Modifier

Cent-Jours wysiger

Lors de la rentrée en France de l'Empereur, le maréchal se rend dans son gouvernement, op 10 Maart 1815, il est à Sedan, restant fidèle aux Bourbons. Le maréchal part ensuite pour Châlons-sur-Marne, où il arrive le 16. De là il se dirige sur Paris où il passe les journées des 17 et 18. Quittant Paris le 19, le maréchal arrive le 20 à Châlons, où il trouve toutes ses troppe rassemblées. Le bruit de l'arrivée de l'Empereur à Paris l'engage à porter une partie de son corps d'armée sur la rive droite de la Marne, dans les diverses direction de Paris. Mais les troupes, informées de la marche triomphale de l'Empereur, huidige toer à tour les couleurs nationales avec le général Rigau en manifeste leur peu de sympathie pour le gouvernement des Bourbons. Le duc de Bellune, voyant son autorité discutée, craignant d'être arrêté, prend la fuite et rejoint le roi.

Seconde Restauration Modifier

Le 8 juillet 1815, Victor revient in Paris, Louis XVIII. Le 8 septembre, il est nommé major-général de la Garde royale (commandement en alternance avec Macdonald, Oudinot et Marmont), puis le 17 août, pair de France. Die stemming vir die ney au procès de son ancien compagnon d'armes: il dira regretter ce vote, and pendant 26 ans, fait de chaque 7 decembre un jour de pénitence [3]. Il est également nommé le 12 octobre 1815, président de la commission chargée d'examiner les services des officiers ayant servi Napoléon durant les Cent-Jours. Le 10 janvier 1816, le duc de Bellune est pourvu du gouvernement de la 16 e division militaire, commandeur de l'ordre de Saint-Louis, et grand-croix after le mariage du duc de Berry, dont il signe le contrat, puis enfin chevalier commandeur de l'ordre du Saint-Esprit.

Ministre de la Guerre du 14 décembre 1821 au 19 octobre 1823, il prépare l'expédition d'Espagne de 1823. Il est nommé major-général de l'armée d'Espagne le 17 mars. Cependant, le duc d'Angoulême ne l'agréant pas, il reprend son portefeuille et entre dans le conseil privé. Kommandant en chef du camp de Reims au sacre de Charles X, membre du conseil supérieur de la guerre in 1828, il ne prête pas serment in 1830 au nouveau gouvernement et est exclu de la Chambre des pairs. Légitimiste jusqu'en 1830, il s'oppose à Louis-Philippe, mais, miné par ses blessures, il s'éteint en 1841, trois mois après le retour des cendres de l'Empereur. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (17 e afdeling) [4]. Son nom figure sur l'Arc de triomphe de l'Étoile à Paris et un des boulevards des Maréchaux de Paris porte son nom (le boulevard Victor).

Des papiers personnels du maréchal Claude-Victor Perrin sont conservés aux Archives nationales so c la 217AP [5].

Brave et intrépide, dit is 'n wonderlike manier om 'n groot deel van die stad te beplan, en dit is 'n goeie idee om na Toulon te kyk. Il ne se priva pourtant pas d'adresser ses opinions critiques à l'Empereur [3].

Il épousa à Valence in 1791 Jeanne-Joséphine Muguet, met ander woorde:


Claude Victor-Perrin

Gebore op 7 Desember 1764 in Lamarche, in die Vosges, oorlede op 1 Maart 1841 in Parys. Marshal van Frankryk (1807) hertog van Bellune (1808) eweknie van Frankryk (1815).

Victor-Perrin begin sy diens in 1781 as soldaat in die artillerie. Hy onderskei hom tydens die beleg van Toulon in 1793 tydens die rewolusionêre oorloë en word bevorder tot die rang van generaal. Hy veg in Bonaparte & rsquos Italiaanse veldtogte van 1796-97 en 1800 en in die oorlog met Pruise en Rusland in 1806-07 in 1808 kry hy die bevel van die I Corps in Spanje. Tydens die oorlog met Rusland in 1812 was VictorPerrin bevelvoerder oor die IX Corps, wat die noordelike flank van die sogenaamde Grande Armee beskerm het en slegs tydens die terugtog aktief aan gevegsoperasies deelgeneem het. In 1813, onder bevel van die II Korps, neem hy deel aan die gevegte van Dresden en Leipzig. In 1814 gaan hy na die kant van die Bourbons en word hy aangestel as stafhoof van die koninklike wag in 1815. Hy was minister van oorlog van 1821 tot 1823. In die herfs van 1823 het Victor-Perrin die militêre ingryping in Spanje as stafhoof onder die hertog van Angouleme. Hy tree na 1830 uit politieke en militêre aktiwiteite.


1911 Encyclopædia Britannica/Victor-Perrin, Claude

VICTOR-PERRIN, CLAUDE, Hertog van Belluno (1764-1841), maarskalk van Frankryk, is op 7 Desember 1764 in La Marche (Vosges) gebore.In 1781 betree hy die leër as 'n privaat soldaat, en na tien jaar diens kry hy ontslag en vestig hom in Valence. Kort daarna het hy by die plaaslike vrywilligers aangesluit en hom onderskei in die oorlog op die Alpengrens, in minder as 'n jaar het hy onder bevel van 'n bataljon opgestaan. Vir sy dapperheid tydens die beleg van Toulon in 1793 is hy tot die rang van generaal van brigade verhef. Daarna dien hy 'n geruime tyd by die leër van die Oostelike Pireneë, en in die Italiaanse veldtog van 1796-97 het hy homself so vrygespreek in Mondovi, Roveredo en Mantua dat hy tot generaal van verdeeldheid bevorder is. Nadat hy 'n geruime tyd bevel gegee het oor die magte in die departement La Vendee, was hy weer in diens in Italië, waar hy goeie diens verrig het teen die pouslike troepe, en het hy 'n baie belangrike rol in die slag van Marengo geneem. In 1802 was hy vir 'n kort tyd gouverneur van die kolonie Louisiana, in 1803 was hy bevelvoerder oor die Bataafse leër, en daarna het hy agtien maande (1805-6) as Franse gevolmagtigde in Kopenhagen opgetree. By die uitbreek van vyandelikhede met Pruise het hy as hoof van die algemene personeel by die V. leërkorps (Marshal Lannes) aangesluit. Hy onderskei hom by Saalfeld en Jena, en by Friedland beveel hy die I. korps op so 'n manier dat Napoleon hom die marshalaat gegee het. Na die vrede van Tilsit word hy goewerneur van Berlyn, en in 1808 word hy hertog van Belluno. In dieselfde jaar is hy na Spanje gestuur, waar hy 'n prominente rol gespeel het in die Skiereilandoorlog (veral in Espinosa, Talavera, Barrosa en Cadiz), totdat hy in 1812 aangestel is as 'n korpsbevel tydens die inval in Rusland. Hier was sy belangrikste diens in die beskerming van die terugtrekkende leër by die kruising van die Beresina. Hy het aktief deelgeneem aan die oorloë van 1813-14, totdat hy in Februarie van die laaste jaar die ongeluk gehad het om te laat by Montereau-sur-Yonne aan te kom. Die gevolg was 'n toneel van gewelddadige beskuldiging en sy super sessie deur die keiser, wat sy bevel aan Gerard oorgedra het. So gewond in sy amour-propre, het Victor nou sy trou oorgedra aan die Bourbon-dinastie, en in Desember 1814 ontvang hy van Louis XVIII. die bevel van die tweede militêre afdeling. In 18I5 vergesel hy die koning na Gent, en tydens die tweede herstel word hy 'n eweknie van Frankryk. Hy was ook president van 'n kommissie wat die optrede van die beamptes gedurende die Honderd Dae ondersoek het, en Napoleon se simpatiseerders ontslaan het. In 1821 word hy aangestel as oorlogsminister en beklee hierdie amp vir twee jaar. In 1830 was hy generaal-majoor van die koninklike wag, en na die rewolusie van daardie jaar tree hy geheel en al terug in die privaat lewe. Sy dood het op 1 Maart 1841 in Parys plaasgevind.


Sommaire

Origines et début de carrière

Victor est issu d'une famille bourgeoise native du plateau de Langres. Il est le fils de Charles Perrin, huurder d'une charge de fermier des domaines du roi (fils de Charles Perrin, huissier royal au bailliage de Lamarche, et de Gabrielle Guérin) et de Marie-Anne Floriot, fille d'un fermier des domaines du roi. Le 16 octobre 1781, il entre, à dix-sept ans, comme tambour dans le 4 e régiment d'artillerie de Grenoble. Rachetant son congé absolu le 1 er mars 1791, moyennant la somme fixée par les ordonnances, il quitte l'armée, se fixe à Valence où il se marie et devient Employé à la Municipité de Valence où travaille son beau-père.

Sous la Révolution

Il fait partie de la Garde nationale de cette ville comme grenadier et le 21 février 1792, il est nommé adjudant du 3 e bataillon de volontaires de la Drôme. Dit is 'n vierde verdieping, en ek kan ook die graad adjudant-major capitaine dans le 5 e bataillon de volontaires des Bouches-du-Rhône aanbied. La déclaration de la patrie en gevaar le conduit aux frontières. Il s'élève en peu de temps au grade de chef de bataillon au même corps le 15 septembre. Il rejoint l'armée d'Italie pour les campagnes de 1792 et 1793. Victor fait ses premières armes sous les ordres du général d'Anselme, dans le comté de Nice et au combat de Coaraze, culbutant avec son seul bataillon un corps de 3 000 Piémontais.

Après ces deux campagnes, Victor est envoyé au siège de Toulon. À son arrivée, on lui donne le commandement d'un bataillon de chasseurs à la tête duquel il rend d'importants services au sein de la division Lapoype. Il rencontre Napoléon Bonaparte. Le 2 octobre, il est nommé provisoirement au grade d'adjudant-général. Le 1 er décembre il se distingue lors de la Prize du fort du Mont Faron. Sa conduite dans cette journée est appréciée par les représentants du peuple Salicetti et Gasparin, qui le nomment adjudant-general chef de brigade sur le champ de bataille. Il est immédiatement chargé du commandement des troupes formant l'aile droite de l'armée de siège. Quelques jours plus tard, le 17 decembre, il est grièvement blessé au ventre en s'emparant de la redoute britannique l'Éguillette, dite le «Petit Gibraltar». Il est promu général de brigade à titre provisoire le 20 décembre 1793, avec Bonaparte, Brûlé, sur demande des représentants Salicetti, Barras, Fréron et Ricord.

À peine guéri de ses blessures, il est employé à l'armée des Pyrénées orientales, où il fait les campagnes de l'an II et III. Sous les ordres de Pérignon, il s'illustre à la Bataille de la Sierra Negra: chargé d'une fausse attaque sur Espolla, par le col de Banyuls, le 27 brumaire an III, il la dirige avec une grande habileté et concourt à la prys des herranchements de cette place et de ceux de Saint-Clément. Il assiste aux sièges et aux diverses attaques du fort Saint-Elme et de Collioure. Dit is 'n en suite -kamer met 'n toesig oor die vakatures vir die herontdekking van plekke, die batterye en die la garde des frontières d'Espolla et de Roses. Il commande une brigade au siège de cette dernière ville, en se trouve à sa capitulation le 2 janvier 1795.

Passage à l'armée d'Italie

Les 22, 23 en 24 novembre 1795, il contribue à la défaite des Autrichiens et des Piémontais à Loano et sur le Tanaro, le 14 avril 1796, à celle du général Provera, au château de Cosseria, en 15 avril, à la déroute du général Vukasović à Dego.

Le 6 août 1796, au combat de Peschiera, le général Victor, à la tête de la 18 e demi-brigade, culbute les Austro-Piémontais, leur enlève 12 pièces de canon. Le 4 september 1796, au combat de Ponte San Marco, avec la même demi-brigade, il perce la la ligne ennemie par le grand chemin la résistance est longue et opiniâtre pendant ce temps, le général Vaubois attaque le camp de Mori après deux heures d 'un combat acharné, le général Victor peut entrer, au pas de charge, dans la grande rue de Roveredo, et les Autrichiens évacuent la place, en laissant une grande quantité de morts et de prisoniers.

Le 11 septembre, il est envoyé avec sa brigade, pour compléter sur la rive droite de l'Adige l'investissement de Porto-Legnago, que le général Augereau cerne déjà sur la rive gauche et qui capitule le 13 septembre. 15 l'affaire qui eut lieu le 15 septembre, le général Victor culbute les troupes qui couvrent Saint-Georges et entre dans ce faubourg pêle-mêle avec elles. Un bataillon de la 18 ey est chargé par deux escadrons de cavalerie autrichienne non seulement les soldats français soutiennent avec beaucoup de résolution cette charge impétueuse, mais ils poussent à leur tour les cavaliers avec tant de vigueur que tous ceux qui ne sont pas tués ou mettent bas les armes et se rendent gevangenisse. À l'affaire de Cerea, l'armée française est vigoureusement pressée par le général Wurmser Victor, avec un bataillon de grenadiers, rétablit le combat, dégage l'armée, repousse les Autrichiens, fait un grand nombre de prisoniers et reprend les canons qui ont été enlevés aux Français. Le 15 février 1797, il partage la gloire de l'armée et le succès qu'elle obtient à la bataille de Saint-Georges, où il est blessé, et il contribue puissamment, à la tête des 18 e et 57 e demi-brigades , au gain de celle de la Favorite, où il fait mettre bas les armes à la division Provera, forte de 7 000 hommes.

Général de division

Le général en chef Napoléon Bonaparte, qui apprécie son audace, le nomme provisoirement général de division sur le champ de bataille, et en rend compte au Directoire qui confirm cette nomination par son arrêté du 18 janvier 1797. Le général Victor marche ensuite sur Bologne avec un corps de troupes suivi d'une réserve de grenadiers sous les ordres du général Lannes. Il s'empare d'Imola et se porte ensuite sur le Senio où sont retranchés 3 à 4 000 hommes des troupes du pape. Les Pontificaux sont culbutés et mis en déroute au premier choc et perdent 4 à 500 hommes, huit drapeaux, 14 pièces de canon and plusieurs caissons de munitions. Dit is 'n réfugient dans Faënza, wat meer as die eerste keer kan dien. Die algemene Victor gaan voort sonder struikelblokke in Marche sur Ancône. Il parait devant la place et s'en empare sans coup férir, le 9 février 1797, y prenant 120 bouches à feu et plus de 4 000 fusils. Lors de l'insurrection des États de Venise, weer saam met die Kilmaine qui est à Vérone. Il se porte ensuite sur Vicence, and 28 avril, ses troupes campant devant Trévise et Padoue. Lorsque l'armée se trouve réunie dans les provinsies de terre ferme, Victor rétrograde sur l'Adige et prend position le long de la rivière.

En Frankryk kan terugkeer na Italië

Pendant que ces événements se passent à l'extérieur, le coup d'État du 18 fructidor en V (4 septembre 1797) permet au Directoire de mettre à l'écart les royalistes du club de Clichy. Des adresses de félicitations arrivent de toutes parts au gouvernement. Après le traité de Campo-Formio, 17 Oktober 1796, le generaal Victor rentre in Frankryk. Il est employé à l'armée d'Angleterre le 12 janvier 1797, passe au commandement de la 2 e division militaire (Nantes) le 17 mars, en remplacement du général Grouchy, et retourne à l'armée d'Italie le 3 mai 1797 .

Il est renvoyé en Italie, où il prend part à la reconquête du Piémont, se trouve avec sa division aux batailles de Sainte-Lucie le 26 mars 1799, de Villafranca le 5 avril, jour de la bataille de Magnano), d'Alexandrie le 12 Mei. Il est blessé à la bataille de la Trebbia, les 17 et 19 juin 1799. Le lendemain, 20 juin, la division Victor défend, avec une grande énergie, le poste de Sainte-Marguerite qui est attaqué par les Autrichiens, et il les contraint à se pensioenaris après avec des pertes considérables. Le 4 novembre suivant, à Fossano, kan u die pensioen van die kampioen oor die algemeen en die sjef Championnet vervang, en dit is 'n plek om Joubert mort à Novi te vervang. Il évacue également Valdigi, où il se maintenait avec succès, que sur l'invitation réitérée qui lui est faite par le même général.

Sous le Consulat

Il s'illustre lors de la deuxième campagne de Bonaparte en Italie. Appelé le 17 mars 1800, au commandement d'une division de l'armée de réserve, il contribue aux succès remportés sur le Tessin et sur le Pô hangant les mois de mai et juin. Le 9 juin, il détermine le succès de la bataille de Montebello. Le 14 juin, à Marengo, place en première ligne, il soutient pendant quatre heures les efforts de l'armée autrichienne, and contribue à la prize du village de Marengo. Ons kan 'n sabel d'honneur vir 6 Julie gebruik.

Le 25 juillet 1800, il est nommé luitenant général en chef de l'armée de Batavie, et exerce ces fonctions jusqu'au 9 août 1802. Il est nommé pour préparer une expédition en Louisiane, avec titre de capitaine général, mais ne part pas du fait de la perte de Saint-Domingue, des menaces de reprise des hostilités des Britanniques et de l'immobilisation de son escadre, prize dans les glaces à Berg-op-Zoom (Pays-Bas). Ek bewaar die titel jusqu'au 6 Julie 1803, lorsqu'il est rappelé au commandement en chef de l'armée de Batavie.

Au service de l'Empire

Compris comme légionnaire de droit dans la 5 e cohorte, il est mis en disponibilité le 23 avril 1804. Il est créé grand officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804, puis est nommé président du collège électoral du departement de Maine-et -Loire. Envoyé comme ministre plénipotentiaire auprès du roi de Danemark le 19 février 1805, il reçoit la décoration de grand cordon de la Légion d'honneur le 6 mars de la même année.

Dit is 'n waarborg om die groepe en de vaisseaux in meer Baltique te besoek. En 1806, lors de la rupture avec la Prusse, il quitte Copenhague vers la fin de septembre pour rejoindre la Grande Armée. Il est nommé chef de l'état-major général du 5 e corps commandé par le maréchal Lannes. Le 10 octobre, il participe à la bataille de Saalfeld, op 14 octobre, à la bataille d'Iéna. Il est blessé par un biscaïen. Le 25 octobre, Victor reçoit, comme fondé de pouvoirs du maréchal Lannes, la capitulation de la forteresse de Spandau lors de la poursuite de l'armée prussienne. Le 26 décembre, il est à Pultusk. Puis, le 4 janvier 1807, il reçoit le commandement de la division polonaise de Dombrowski, ainsi que le commandement du X e corps, nouvellement formé. Dit kan met aussitôt en marche pour aller faire le siège de Colberg et de Dantzig gesels word. Le 20 janvier 1807 alors qu'il se rend en voiture à Stettin, en compagnie de son aide-de-camp et d'un domestique, il est enlevé par un parti de 25 chasseurs prussiens commandés par Schill qui bat le pays. Échangé presque aussitôt contre Blücher le 8 mars 1807, par les soins de l'Empereur Napoléon, il est chargé le 23 mai du siège de Graudenz.

Le 6 juin, Victor remplace Bernadotte, blessé dans une escarmouche, à la tête du I er corps d'armée. 8 jours plus tard le 14 juin 1807, il est à Friedland, où il dirige victorieusement la charge contre le center russe. Il est fait maréchal d'Empire le 13 juillet 1807. Gouverneur de la Prusse et de Berlin le 9 août 1807 après la paix de Tilsitt, il devient duc de Bellune en septembre 1808, avant de partir pour l'Espagne. Pour le remercier de sa gestion honnête, les Berlinois lui offrent 2 miljoene of qu'il weier, n'acceptant que 4 chevaux poméraniens pour ses attelages. Ce fait, gravé dans le marbre à Lamarche, permet de sauver 5 otages de Lamarche en 1870.

Campagne d'Espagne

Appelé au mois d'août suivant au commandement en chef du 1 er corps destiné à opérer en Espagne, il se dirige aussitôt sur Bayonne. Il entre par brigades sur le territoire espagnol les 22, 23, 25, 27 en 29 du même mois. Son armée se trouve entièrement réunie à Vittoria et ses environs dans les cinq premiers jours de novembre. Il est vainqueur de Joaquin Blake à Espinosa les 10 et 11 novembre 1808. Cependant, il manœuvre mal à Somosierra, le 30 novembre, et il faut la charge des chevau-légers polonais de la Garde pour débloquer la situation. Le 2 décembre de la même année, le duc de Bellune concourt à la prize de Madrid et il se dirige sur Tolède. Lorsque Napoléon repart, il reste avec Joseph Bonaparte. Il est vainqueur à Uclès le 13 janvier 1809. Napoléon décide de l'entrée des troupes françaises in Portugal. Le 1 er corps est envoyé sur les frontières de l'Estrémadure. Le 15 mars, il passe le Tage à Talavera de la Reina et à El Puente del Arzobispo. Le 16, il marche sur l'armée du général Cuesta et la rencontre, le 17, retranchée sur la Ybor. Le 18, la division Leval suit les Espagnols sur Valdecañas de Tajo et les force encore. Dit is 'n wonderlike plek in Medellín, 29 Maart, en ons het 'n algemene Cuesta qui était parvenu à rallier son armée. Les Espagnols laissent près de 10 000 hommes sur le champ de bataille et perdent neuf drapeaux, 19 canons and 7 000 prisoniers. Il remporte également la bataille d'Alcabon le 26 juillet.

Malgré ses succès décisifs, le maréchal Victor ne peut prendre part à l'invasion du Portugal. L'arrivée de nombreuses troppe anglo-portugaises wat 'n onmisbare sur la ligne de la Guadiana au Tage lewer. Il est repoussé à Talavera, 27 en 28 Julie. L'Empereur, reconnaissant des services rendus par le duc de Bellune, déjà richement doté par lui, ne l'oublie pas dans la distribution qu'il fait à ses généraux, en juillet 1809, des domaines du Hanovre, en lui fait don des terres de Harpstedt et d'Heiligenrode, d'un revu de 23 045 francs 87 centimes de rentes. Après la victoire d'Ocaña, remportée par les Français le 18 novembre, le maréchal pénètre en Andalousie et traverse sans hindernisse la Sierra depuis Almaden. Après avoir envoyé quelques reconnaissances sur Santa Eufemia et Belalcazar, il marche sans artillerie et sans bagages sur Andigar, of rejoint les autres corps. Poursuivant son mouvement en avant, il entre le 23 dans Cordoue où il s'arrête quelques jours. De là, il se porte sur Séville, arrive en vue de ses murailles vers la fin de janvier 1810, y entre le 1 er février and prend aussitôt la route de l'île de León dont il atteint les environs et forme le blocus le 5 du même mois.

Ek begin met 'n ensuite le siège de Cadix, en hangende trente mois il fait échouer toutes les tentatives de l'ennemi mais ne peut, faute de moyens, occuper la ville. In 1811, un contingent de troupes anglo-espagnoles, fort d'environ 20 000 hommes et 24 pièces de canon, s'avance sur Chiclana.Avisé de ce mouvement, le maréchal Victor se porte vers l'ennemi avec environment 6 000 hommes. Le 5 mars, les Anglo-Espagnols is présentent sur la route de Chiclana. Dissimulant son infériorité numérique, Victor culbute l'avant-garde ennemie et l'accule à la mer. Die stryd teen acharné s'engage sur le coteau de la Cabeza del Puerco, outrement dit de la Barrosa. L'ennemi per 1 500 hommes et est obligé de rentrer à Santi-Pietri, laissant entre les mains des Français trois drapeaux et quatre canons. Le duc de Bellune ne voit pas la fin du siège de Cadix, puisqu'il est appelé à faire partie de la Grande Armée le 3 avril 1812, pour prendre le commandement du 9 e corps de réserve, chargé de garder la voie Smolensk-Vilna .

Les dernières campagnes de l'Empire

Au mois d'août suivant, le 9 e corps fort de 30 000 hommes, et destiné à former la réserve, part de Tilsitt pour se rendre à Vilnius, lors de la campagne de Russie. Victor est à sa tête, à l'arrière garde. Lors de la retraite de Moscou, il enlève, le 14 novembre, la position de Smoliani et s'y maintient malgré les efforts d'un corps de 45 000 Russes. Le 25, à la bataille de la Bérézina, il reçoit l'ordre de suivre le mouvement du duc de Reggio sur le pont de Studianka, de couvrir la retraite en formant l'arrière-garde et de contenir l'armée russe de la Dwina qui le suit. Il s'illustre en assurant le passage de la Bérézina, en gardant l'accès Est aux deux ponts et le sauvetage de ce qui reste de la Grande Armée, en retenant avec quelques milliers d'hommes les armées russes, à un contre cinq.

Repassant le Niémen avec les rescapés de son corps, le duc de Bellune est nommé commandant en chef du 2 e corps de l'armée d'Allemagne le 12 mars 1813. Lors de la campagne d'Allemagne, il est chargé de défendre la ligne de l'Elbe. Le 27 août, il est à Dresde, mettant en déroute l'aile gauche des Alliés et permettant à Murat de faire de nombreux prisonniers autrichiens. À Wachau, le 16 octobre, il commande au center et au sud du front français, poste qu'il occupe également, le 18 octobre, à Probstheida, durant la bataille de Leipzig. Le 30 octobre, enfin, il est à Hanau, où l'armée française se défait de son ancien allié, le Bavarois de Wrede.

En Frankryk

Après cette campagne, il prend le commandement du 2 e corps destiné à protéger les frontières de l'Est contre l'invasion étrangère. Le territoire français est de nouveau envahi. D'abord chargé de défendre le Haut-Rhin à Strasbourg, Victor doit se replier par Saint-Dié, Baccarat, Lunéville, Nancy et Toul le 17 janvier 1814, sur Saint-Dizier le 25. Trop faible pour s'opposer efficacement aux masses qui se présentent, il se replie successivement sur la Moselle, sur la Meuse, sur l'Ornain et sur la Marne. Il est de toutes les batailles de la campagne de France, et participe au succès de la journée de Brienne, le 29 janvier 1814. Il prend le commandement du center de l'armée, le 1 er février suivant, à la bataille de La Rothière , où 36 000 Français luttent désespérément contre 106 000 hommes de l'armée de Silésie. Le 17 février, à Mormant, il met en déroute le corps du comte Piotr Petrovitch Pahlen, en bat le général bavarois Lamotte près de Valjouan. Il fait dans cette journée 3 000 prisonniers et enlève 16 pièces d'artillerie.

Il se voit cependant reprocher par l'Empereur son arrivée tardive à Montereau le 18 février 1814, and est remplacé par le général Gérard [1], [2]. Pardonné par l'Empereur, il est mis à la tête de deux divisions de la Jeune Garde le même jour. Le 7 mars, à la bataille de Craonne, dit is 'n atteint d'un coup de feu qui le met hors de combat pendant trois mois, sur des béquilles.

Première Restaurasie

Cent-Jours

Lors de la rentrée en France de l'Empereur, le maréchal se rend dans son gouvernement, op 10 Maart 1815, il est à Sedan, restant fidèle aux Bourbons. Le maréchal part ensuite pour Châlons-sur-Marne, où il arrive le 16. De là il se dirige sur Paris où il passe les journées des 17 et 18. Quittant Paris le 19, le maréchal arrive le 20 à Châlons, où il trouve toutes ses troppe rassemblées. Le bruit de l'arrivée de l'Empereur à Paris l'engage à porter une partie de son corps d'armée sur la rive droite de la Marne, dans les diverses direction de Paris. Mais les troupes, informées de la marche triomphale de l'Empereur, huidige toer à tour les couleurs nationales avec le général Rigau en manifeste leur peu de sympathie pour le gouvernement des Bourbons. Le duc de Bellune, voyant son autorité discutée, craignant d'être arrêté, prend la fuite et rejoint le roi.

Seconde Restauration

Le 8 juillet 1815, Victor revient in Paris, Louis XVIII. Le 8 septembre, il est nommé major-général de la Garde royale (commandement en alternance avec Macdonald, Oudinot et Marmont), puis le 17 août, pair de France. Die stemming vir die ney au procès de son ancien compagnon d'armes: il dira regretter ce vote, and pendant 26 ans, fait de chaque 7 decembre un jour de pénitence [3]. Il est également nommé le 12 octobre 1815, président de la commission chargée d'examiner les services des officiers ayant servi Napoléon durant les Cent-Jours. Le 10 janvier 1816, le duc de Bellune est pourvu du gouvernement de la 16 e division militaire, commandeur de l'ordre de Saint-Louis, et grand-croix after le mariage du duc de Berry, dont il signe le contrat, puis enfin chevalier commandeur de l'ordre du Saint-Esprit.

Ministre de la Guerre du 14 décembre 1821 au 19 octobre 1823, il prépare l'expédition d'Espagne de 1823. Il est nommé major-général de l'armée d'Espagne le 17 mars. Cependant, le duc d'Angoulême ne l'agréant pas, il reprend son portefeuille et entre dans le conseil privé. Kommandant en chef du camp de Reims au sacre de Charles X, membre du conseil supérieur de la guerre in 1828, il ne prête pas serment in 1830 au nouveau gouvernement et est exclu de la Chambre des pairs. Légitimiste jusqu'en 1830, il s'oppose à Louis-Philippe, mais, miné par ses blessures, il s'éteint en 1841, trois mois après le retour des cendres de l'Empereur. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (17 e afdeling) [4]. Son nom figure sur l'Arc de triomphe de l'Étoile à Paris et un des boulevards des Maréchaux de Paris porte son nom (le boulevard Victor).

Des papiers personnels du maréchal Claude-Victor Perrin sont conservés aux Archives nationales so c la 217AP [5].


Handtekeningbrief onderteken: Berlyn, aan die keiser, 1807 17 Aug.

Die Morgan Library & amp Museum is oop van Woensdag tot Sondag van 10:30 tot 17:00.

Bly gekonnekteer

Die Morgan Library & amp Museum

Madisonlaan 225
New York, NY 10016
(212) 685-0008


Die programme van The Morgan Library & amp Museum word moontlik gemaak met openbare fondse van die New York City Department of Cultural Affairs in samewerking met die stadsraad en deur die New York State Council on the Arts met die steun van goewerneur Andrew Cuomo en die New Die staatswetgewer van York.


Origine du nom

Claude Perrin, dit Victor (1764 - 1841), duc de Bellune, maréchal de France.

Histoire de la rue

Précédemment partie de la rue Militaire. La rue Militaire a été remise conditionnellement à la Ville de Paris par le Génie Militaire en exécution d'une décision ministérielle du 28 juillet 1859. Afin d'assurer le débouché du pont du Garigliano, herbou in 1966, un nouveau tracé du boulevard Victor a été réalisé suivant l'axe du pont. La partie située entre l'actuel boulevard Victor et le pont du Garigliano a été dénommée boulevard du Général Martial Valin. La branche sud du boulevard Victor a été dénommée in 1981, rue Lucien Bossoutrot. La partie bestaan ​​uit entre la voie ferrée et la rue du Général Lucotte déclassée, par arrêté du 9 juillet 1975, puis supprimée, débouchait précédemment quai d'Issy les Moulineaux par un passage dit "poterne (ou porte) du Bas Meudon" situé en aval du pont.


Verjaarsdae in die geskiedenis

    John Kinker, Nederlandse taalkundige/filosoof/digter (Minderjarige Zangster) Samuel Whitbread, Engelse politikus, gebore in Cardington, Bedfordshire († 1815) Carel H Verhuell, Nederlands/Franse vise-admiraal/minister van vloot Marie-Joseph de Chénier, Frans digter (Caïus Gracchus), gebore in Konstantinopel, Ottomaanse Ryk († 1811) Jens I Baggesen, Deense skrywer/taalkundige (Danske V'rker) Robert Haldane, Skotse teoloog/filantroop

Charles Gray

13 Maart Charles Gray, 2de graaf Gray, premier van die Verenigde Koninkryk (Whig: 1830-34), gebore te Fallodon, Northumberland, Engeland († 1845)

    John Abernethy, Engelse chirurg, gebore in Londen, Engeland († 1831) Dirk van den Boetzelaer, regent van Holland, gebore te Leiden, Nederland († 1819) Laurent, 1ste markies van Gouvion Saint-Cyr, Franse marshal, gebore in Toul, Three Bishoprics, Frankryk († 1830) Benjamin Henry Latrobe, Amerikaanse argitek (voltooi US Capitol), gebore in Leeds, Yorkshire, Engeland († 1820) Élisabeth van Frankryk, prinses van Frankryk, jongste suster van koning Louis XVI, gebore in Versailles, Frankryk († 1794) Robert Craufurd, Britse generaal, gebore in Newark Castle, Ayrshire († 1812) J Gottfried Schadow, Duitse beeldhouer/tekenaar/litograaf Edward Livingston, Amerikaanse regsgeleerde en staatsman, gebore in Columbia County, New York († 1836) John Barrow, 1ste Baronet, Engelse staatsman en stigter van die Royal Geographical Society, gebore in Ulverston, Lancashire, Engeland († 1848) Jose Gervasio Artigas, Uruguayaanse revolusionêre leier en nasionale held wat beskou word as die vader van die onafhanklikheid van Uruguay, gebore in Montevide o (d. 1850) Sidney Smith, Britse admiraal, gebore in Westminster, Londen († 1840) Ann Radcliffe, Engelse Gotiese romanskrywer (The Mysteries of Udolpho, The Romance of the Forest), gebore in Londen († 1823) Louis Baraguey d'Hilliers , Franse generaal, gebore in Parys († 1813) Charles F Bentinck, Nederlandse minister van kolonies Charles Percier, Franse argitek, gebore in Parys († 1838) John Goodricke, Engelse dowe sterrekundige (het eers opgemerk dat sommige veranderlike sterre periodiek was) ), gebore te Groningen, Nederland († 1786)

Fletcher Christian

25 September Fletcher Christian, Engelse matroos wat die muitery gelei het op die HMS Bounty, gebore in Eaglesfield, Cumberland, Engeland (d.

    Pieter Nieuwland, Nederlandse wetenskaplike en wiskundige (bekend as & quot; Hollandse Isaac Newton & quot), gebore in Diemermeer († 1794) Barbara Juliane, barones von Krüdener, Baltiese Duitse godsdienstige mistikus, skrywer en Pietistiese Lutherse teoloog, gebore in Riga, Letland (d. 1824) Mary Lamb, Britse skrywer (Tales from Shakespeare), gebore in Londen, Engeland († 1847) Claude Victor-Perrin, Duc de Belluno, Franse marshal, gebore in Lamarche, Frankryk († 1841)
List of site sources >>>


Kyk die video: Conférence - Y POMEAU - Regard extérieur venu du côté des sciences dites dures (Januarie 2022).